brodeurs-01.JPG

Nous avons décidé il y a quelques années de proposer une reconstitution d'un atelier de brodeurs vers 1200. Ce travail est toujours en cours de réalisation mais certains aspects de nos recherches ont déjà fait l'objet de publications ou de démonstration.

Voici donc un document d'intention et la liste des articles publiés sur ce blog sur les différentes facettes de cet atelier.


Si l'on voit souvent des personnes broder dans un coin sur chaque campement de chaque troupe médiévale, le but de l'atelier est un peu plus ambitieux. Il est autant prétexte à montrer le matériel qu'à parler du contexte social, de l'artisanat et de la technique.

La culture matérielle, telle qu'envisagée en reconstitution se borne généralement à proposer des objets (matériels) reconstitués, parfois à montrer une technique. Cependant, il y manque généralement la dimension sociale et mentale qui peut s'étudier mais est beaucoup plus compliquée à rendre dans le cadre de la pratique de l'histoire vivante. C'est ce que nous tentons de faire au travers de cet atelier.

Atelier de brodeurs

Proposition de reconstitution d'un atelier de brodeurs vers 1200.

Reconstituer l'atelier d'un artisan en ce début de XIIIe siècle n'est pas chose facile. Entre autres, parce que l'art de broder se retrouve à l'époque (et bien plus tard encore) dans des contextes très variés : dans les couvents (pour des broderies liturgiques), dans le contexte domestique (broder était déjà une activité digne pour les femmes nobles).

Mais il semble certain que des ateliers professionnels existaient à l'époque. En effet, des ouvrages nous sont parvenus montrant une qualité et une ampleur telles qu'ils semblent n'avoir pu être réalisés que par des professionnels. Cependant, nous ne connaissons que peu de chose de l'organisation des ateliers artisanaux en France avant 1268, date de dépôt des statuts des métiers par le préfet de Paris, Etienne Boileau. En ce qui concerne les brodeurs, leurs statuts n'ont été déposés que dans le livre des métiers de Guillaume de Hangest entre 1292 et 1303.

De plus, l'iconographie est encore avare de références aux activités artisanales (hormis celles pratiquées par les personnages de la bible).

Cependant cette période est l'époque d'un changement. Les ateliers seigneuriaux ou domaniaux, laissent la place à des ateliers indépendants, dits ateliers urbains. Cette transition a également eu lieu au moyen orient quelques temps auparavant puis a gagné l'Italie, où des négociants installent des ateliers privés calqués sur le modèle oriental. Ils ont pu ensuite exporter ce modèle en participant aux foires qui ont déjà lieu à cette époque en France.

Nous avons choisi de proposer cette reconstitution d'un atelier de brodeurs vers 1200, en pleine mutation,.

L'atelier et les brodeurs.

Au travers de cette proposition de reconstitution, nous avons cherché à développer toutes les facettes qui font d'un artisanat une profession, à savoir :

  • Les matières utilisées (lin, laine, soie, or, perles, ...) ;
  • Les techniques (techniques de broderies, mais aussi préparation de l'ouvrage) ;
  • Les outils ;
  • Les différents usages de la broderie (civile, liturgique) ;
  • Les styles de broderies existants (broderie d'or, broderie blanche, peinture à l'aiguille ...) ;
  • Le commerce, les échanges.

Proposer la reconstitution d'un atelier c'est aussi prétexte à évoquer le statut des artisans à cette époque, ainsi la présence d'un brodeur (homme) ne manque pas de créer des interrogations chez les gens que nous rencontrons.

Le fait de présenter différents types d'ouvrages en cours, nous permet également d'aborder plusieurs points important : montrer des ouvrages conséquents (comme une tenture de 2x2 m ou un manteau de cérémonie) et apporter une note de temporalité (en laissant imaginer le temps et le nombre d'ouvriers nécessaires à la réalisation de tels ouvrages).

Nous avons également essayé de travailler en prenant en compte et en imaginant des interactions avec d'autres personnages reconstitués par nous ou bien des membres de Fief & Chevalerie et du Collectif 1186-583 ceci afin d'entrevoir des possibilités de reconstitutions qui auraient pu nous échapper.

Bien entendu, la présence d'un atelier de brodeurs sur un campement (lorsque c'est le cas) est une concession que nous avons faite à la réalité afin d'amener notre atelier à la rencontre du public. En effet, les brodeurs pouvaient travailler pour différents commanditaires (seigneurs, églises, négociants) mais l'atelier ne devait certainement pas être itinérant. Sur une foire ou un marché, leurs ouvrages devaient probablement se trouver sur l'étal d'un commerçant (le mercier étant un commerçant dans un domaine bien plus large que celui que nous lui connaissons aujourd'hui).


Les articles

Cette liste d'articles sera mise à jour au fur et à mesure de leur publication.

Les hommes

Les outils

Les ressources (matières premières)

Les techniques

L'usage des biens

  • L'usage des broderies ;

Bibliographie générale

Je reprends ici la bibliographie de chaque article ainsi que celle qui m'a permis de travailler sur ce projet.

Alcamo J.C. ; Le manteau de Roger II roi de Sicile, Réinterprétation de la symbolique de l'image ; Histoire et Images Médiévales n°42 ; Fevrier - Mars 2012.

Barthes R. ; Histoire et sociologie du Vêtement ; Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 12e année, N. 3, 1957. pp. 430-441.

Bidon D.A. ; Le quotidien au temps des fabliaux ; Picard ; 2003.

Bidon D.A. ; Une foi en deux ou trois dimensions ? Images et objets du faire croire à l'usage des laïcs ; Annales. Histoire, Sciences Sociales, Année 1998, Volume 53, Numéro 6 p. 1155 - 1190.

Blanc O. ; Histoire du costume : l'objet introuvable ; Médiévales, N°29, 1995. pp. 65-82.

Browne C., Davies G., Michael M. A. ; English Medieval Embroidery: Opus Anglicanum ; Victoria & Albert Museum ; Yale University Press ; 2016.

Burns J. E. ; Sea of silk: A Textile Geography of Women's Work in Medieval French Literature ; University of Pennsylvania Press ; 2009.

Cardon D. ; La draperie au Moyen Age, Essor d'une grande industrie Européenne ; CNRS éditions ; 1998.

Carus-Wilson E. ; Haberget : a medieval Textile Conundrum, Society for medieval archaeology ; 1968.

Casagrande C., Vecchio S. ; Histoire des péchés capitaux au Moyen-âge ; Aubier ; 2003.

Castiñeras M. ; Le tapis de la création ; Catedral de Girona ; 2011.

Desrosiers S. ; Drap d'Areste (II) ; Techniques & culture, juil.-déc. 1999, 34 : Soieries médiévales.

Egan G., Pritchard F. ; Dress Accessories ; Boydel Press.

Frieder Waugh C. ; « Well-cut through the body : » fitted clothing in twelth-century Europe ; DRESS, 1999, vol 26

Gimpel J. ; La révolution industrielle au Moyen Age ; Seuil ; 1975

Harris J. M. ; The development of romanesque-byzantine elements in french and eglish dress, 1050-1180.

Heller S-G ; Fashion in medieval France ; D. S. Brewer, Cambridge ; 2007.

Heller S-G ; Sumptuary Legislation in France, Languedoc and Italy.

Jacoby D. ; Silk economoics and Cross-cultural Artistic Interaction : Byzantium, the Muslim World, and the Christian West ; 200 ; Dumbarton Oaks Papers 58, pp. 197-240.

King D. ; Two medieval textils terms : drap d'Ache, drap de l'arrest ; Techniques & culture, juil.-déc. 1999, 34 : Soieries médiévales.

Lachaud F. ; La critique du vêtement et du soin des apparences dans quelques œuvres religieuses, morales et politiques, XIIe-XIVe siècles, Le corps et sa parure ; SISMEL - EDIZIONI DEL GALLUZO ; 2007. Ostergard E. : Woven into the earth ; Aarhus University Press ; 2003.

Staniland, K ; Les Artisans du moyen-âge - Les Brodeurs ; Lombard

Spies N. ; Ecclesiastical Pomp & Aristocratic Circumstance: A Thousand Years of Brocaded Tabletwoven Bands ; Arelate Studio ; 2000.

Thomas M., Eaton J. ; L'encyclopédie de la broderie ; Fleurus ; 1999.

Littérature médiévale

N. Coilly, M-H. Tesnière (dir) ; Le Roman de la rose, l'art d'aimer au Moyen Age ; BNF ; 2012.

Jean Renart ; Le Roman de la Rose ou De Guillaume de Dole ; Champion ; 2008.

Renaut ; Galeran de Bretagne ; Champion ; 2009.