P1050904.JPG

Chaque pièce du doublet est taillé dans différentes matières pour chaque couche. De droite à gauche : drap de laine, nappe de coton, toile, doublure intérieure en lin.

P1050914.JPG

La nappe de coton est fixée à la main sur la couche extérieure.

P1050877.JPG

On peut ajouter plusieurs couches de coton selon les endroits pour accentuer la forme en sablier, par exemple.

P1050907.JPG

La toile est fixée à la main, encore sur la nappe de coton. On coupe la nappe et la toile à raz des lignes d'assemblage.

P1050917.JPG

Une fois que chaque pièce a ses épaisseurs fixées, on les assembles puis on rabat, à la main, les valeurs de couture afin de bien assurer la cohésion des différentes couches le long des assemblages.

P1050922.JPG

La partie extérieure du doublet est terminée, toutes les coutures sont rabattues.

P1050912.JPG

Pendant ce temps, la doublure intérieure a été assemblée et attend sagement son heure (notez le rangement parfaitement rationalisé en arrière plan !)

P1050926.JPG

Le corps du doublet est entièrement fini lorsqu'il est assemblé à la doublure intérieure et que toutes les coutures sont refermées : le devant, le bas, le col et les emmanchures. Les manches sont assemblées et fermées également. L'assemblage des manches au corps, se fait à la main en deux temps : d'abord on assemble au point de vous-à-moi sur la couche extérieure ...

P1050934.JPG

... et on fait de même sur la doublure intérieure.

P1050936.JPG

Les points de l'assemblage sont invisible sur l'extérieur ...

P1050941.JPG

... et sur la doublure. Une ligne de piqûre le long de l'emmanchure sert à solidariser toutes les couches. elle est invisible sur l'endroit.

P1050958.JPG

Enfin, les finitions. A la main encore. Ce modèle se ferme par des boutons et boutonnières qu'il faut réaliser à la main.

P1050966.JPG

Une manche de terminée. Il reste encore quelques heures de travail pour coudre toutes les boutonnières ainsi que les oeillets pour attacher les chausses.