Wenceslas_Hollar_-_Lady_with_ribbon_round_her_waist__State_3_.jpg Wenceslas_Hollar_-_The_kitchen-maid__State_1_.jpg

La silhouette générale du costume est typique de cette période : taille haute et marquée avec des basques amples, épaules tombantes, manches bouffantes, le corsage est fermé par un laçage sur le devant qui est caché par une pièce d'estomac amovible tenue par des épingles. Les hanches sont élargies par un cul et la superposition de jupes plissées à la ceinture.

Cette silhouette très caractéristique se retrouve à cette époque dans plusieurs couches de la société comme en témoignent ces gravures de Wenceslaus Hollar, tirée du Ornatus Muliebris Anglicanus, 1640 : la femme au ruban autour de la taille et la fille de cuisine. Bien que les accessoires et décorations sont très différentes on peut noter cette similitude dans la silhouette générale.

La source de base de ce costume est le corsage 1630 conservé au Victoria and Albert Museum, London qui est également présenté en détail dans le livre Seventeenth-Century Women's Dress Patterns[1] édité par le V&A. Sur le site du V&A vous pourrez consulter les photos en détail, y compris les radiographies réalisées pour voir la structure et les différents matériaux du vêtement.

Le corsage est en satin de soie entaillé, doublé de taffetas de soie et renforcé de toile, de bougran et de baleines.

2010EB2875_jpg_l.jpg © Victoria and Albert Museum, London.

2010EB3076_2500.jpg © Victoria and Albert Museum, London.

La radio et la description du vêtement permettent de connaître précisément les zones renforcées ou baleinées. ainsi que l'ordre de construction.

2012FJ6903_jpg_l.jpg © Victoria and Albert Museum, London.

J'ai essayé de reproduire ce corsage au plus près de ce qu'il était. Si j'ai réalisé quelques coutures à la machine (comme les casiers des baleines) la plus grosse partie du travail s'est faite à la main pour respecter l'ordre et le type de montage.

Le corsage que j'ai réalisé est en taffetas de soie entaillé entièrement doublé de taffetas de soie jaune qui peut se voir à travers les entailles.

48170814_325851934685708_3674963787292606464_n.jpg
La pièce de dos du corsage entaillée.

29683665_2367871076572453_7262978531143143290_n.jpg

La partie haute du corsage (jusqu’à la ligne de taille marquée par le haut des goussets des basques) est renforcé par différentes couche de toile, de bougran et rigidifié par des baleines en osier. Cette partie haute du corsage est de nouveau doublée par du taffetas de soie jaune pour le cacher à l'intérieur.

29683987_2367871356572425_6242079596496130642_n.jpg
Sur cette photo on voit, à gauche le dos dont la doublure intérieure est en train d'être assemblée à la main et à droite la triplure baleinée qui n'a pas encore été recouverte.

Le corsage est fermé sur le devant par un laçage à l'intérieur du vêtement. Ce laçage va de la taille à la poitrine et sera caché par la pièce d'estomac. corsage-01.JPG

La jupe est en taffetas de soie assorti au corsage. J'ai pris le parti de ne pas l'entailler pour ne pas trop fragiliser la tenue mais il est probable qu'elle aurait dû l'être. Elle est doublée de satin de soie. La jupe est assemblée à une fine ceinture par une série de plis canons. La ceinture se noue par un cordon.

Pour la pièce d'estomac et les décorations, de la tenue, j'ai dû me baser sur des tableaux et gravures. Notamment sur ce portrait d'Amélie de Solms-Braunfels peint part Antoine van Dyck vers 1631-1632.

1631-1632-amalia-van-solms_med.jpeg

P1150541-small.JPG

Les fleurs et la ceinture sont en ruban de satin de soie jaune. De la dentelle et des perles complètent la décoration de la pièce d'estomac.

Le col a été réalisé d'après les formes de différents cols conservés et décrits dans Patterns of Fashion 4: The cut and construction of linen shirts, smocks, neckwear, headwear and accessories for men and women c. 1540 - 1660 de Janet Arnold. La structure est réalisée en fil de fer recouvert de papier cousue sur une base en lin. J'ai ajouté des bandes de lin décorées de broderies au point de poste au fil de lin tout le long de ces bandes et des ourlets. Enfin, le col est bordé de dentelle.

Pour cette tenue, pas de coiffe mais un rang de perles pour décorer le chignon.

P1150495-small.JPG

Enfin, la tenue sera complétée ultérieurement par des accessoires brodés comme une bourse, un coussin à épingles ou un étuis à couteau.

Note

[1] Costigliolo, Luca, 'Slashed satin bodice', in North, Susan and Jenny Tiramani, eds, Seventeenth-Century Women’s Dress Patterns, vol.1, London: V&A Publishing, 2011, pp.70-87