Mot-clé - broderie

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 23 septembre 2013

Un costume de femme de la noblesse vers 1260

noble-XIII-01.jpg

noble-XIII-01.jpg

Voici une proposition de reconstitution d'un costume d'une femme de la noblesse du 3ème quart du XIIIe siècle. Il est fortement influencé par la mode germanique.

Sa spécificité est de proposer une robe riche, décorée, conforme à la mode de l'époque tout en conservant une certaine bienséance. En effet, dès que l'on s'attaque au costume de la noblesse, la symbolique et la signification du vêtement gagne encore en importance : on est défini par le costume.

Les détails, tels que les différentes habits qui composent cette robe, ainsi que la coupe des vêtements, les matériaux qui les composent, les décorations, les accessoires, tout doit être pensé en fonction de ce que l'on souhaite montrer de sa personne et de son rang.

N'hésitez pas à vous reporter à mon précédent article pour plus de détails sur la mode féminine au XIIIe siècle.

Lire la suite

dimanche 5 mai 2013

La bourse ou l'aumônière !

P1050369.JPG

En reconstitution, l'aumônière est souvent l'accessoire joli, qui fait envie. Mais on ne sait pas toujours si l'on peut le porter ni comment.

C'est aussi parfois, l'accessoire utile dont nous avons l'impression ne pas pouvoir nous passer pour des raisons autant pratiques qu'anachroniques.

Les questions que l'on me pose régulièrement sur les aumônières sont : Est-ce qu'on a des représentations ? Est-ce qu'elles étaient vraiment portées ? Est-ce que c'était porté par les hommes ?

P1050369.JPG Une aumônière en cours de broderie au fil de soie. Accessoire classieux à porter impérativement ?

Que faire pour ne pas se tromper d'accessoire ni faire de faute de goût ? Qu'aurait écrit une blogueuse de mode au moyen-âge ?

Plongeons dans l'univers de l'accessoire par excellence !

Lire la suite

jeudi 7 février 2013

Un costume de "fausse" courtisane vers 1250

coud.jpg

Le costume présenté, daté vers 1250 est une proposition de reconstitution d'une imitation de costume noble. Le courtisan à cette époque est une personne évoluant dans la cour, il n'a pas le sens péjoratif que nous pouvons lui donner aujourd'hui. Il s'agit donc d'un costume de fausse courtisane dans la mesure où il s'agit d'une tentative de montrer par une richesse démesurée un rang supérieur dans la société.

En effet, la grande ampleur de la cotte, sa traine et ses décorations en font un vêtement plutôt exceptionnel. Cependant, le tissu et certaines matières utilisées (perles en nacre et non perles naturelles) montrent que la réalisation est au dessus des moyens réels du porteur.

Très fort marqueur social, le costume pouvait en effet essayer de faire passer son porteur pour plus riche qu'il n'était (et cette tendance a largement perduré au cours des siècles, bien au delà du Moyen-âge) c'est à ce genre de comportement que nous devons beaucoup de lois somptuaires : règlements qui déterminent ce qu'il est bienséant de porter selon son rang, sa richesse. Si les questions de morale liées au costume nous sont parvenus et que la bataille des représentations semble avoir été gagnée par ces moralistes, le fait que certaines garde-robes aient contenu plus que nécessaire semble indéniable. Les plus difficile lorsque l'on tente de proposer une reconstitution est de déterminer dans quelle mesure le vêtement ne respectait pas les codes et où précisément se situaient les infractions.

La pièce principale de ce costume, la cotte a été réalisée d'après la tunique de Ste Claire dans une approche d'étude et de compréhension des artefacts qui nous sont parvenus.

Lire la suite

mardi 12 octobre 2010

Un atelier de brodeurs vers 1200 : les outils

Dans la reconstitution d'un atelier artisanal, la reconstitution des outils est probablement la plus facile. Même si les sources pour certains outils sont rare ou que l'on a peu d'information, c'est malgré tout plus évident que l'étude des mentalités ou du contexte social. C'est pourquoi cet article vient en premier.

J'ai réunis les objets en 4 catégories :

  • Le mobilier ;
  • Les outils liés au commerce ;
  • Les outils liés au dessin et à la préparation de l'ouvrage ;
  • Les outils de broderie proprement-dits.

Travailler sur ces outils est aussi l'opportunité de se pencher sur les rapports qui pouvait exister entre les artisans et le reste de la société. Ainsi les outils de comptage et de commerce nous fournissent l'occasion de nous intéresser aux échanges et les outils de dessin aux relations que les ateliers de broderies pouvaient entretenir avec un autre corps de métier : les peintres.

Lire la suite

vendredi 20 novembre 2009

A vos marques, Prêts, Brodez !

Préparer son support de broderie de manière historique d'après Cennino Cennini.

Cennino Cennini est un peintre Italien de la fin du XIVe siècle. Outre ses productions picturales il a écrit un traité Il libro dell'arte (Le Livre de l'art) où il décrit les techniques de peinture de son temps, de la fabrication d'un pinceau à la réalisations de fresques. Un chapitre de cet ouvrage est consacré à l'art de dessiner pour les brodeurs. Cennini décrit plusieurs méthodes selon la nature et la couleur du support, le type de dessin ... Nous allons nous intéresser à la première méthode : dessiner sur une toile blanche.

Lire la suite

- page 2 de 3 -