chausses-01.JPG La chausse, est en partie assemblée (ici à la machine) : le dessus du pied avec la jambe. La couture que nous allons étudier dans cet article est celle qui permet d'assembler la semelle au reste de la chausse.

chausses-02.jpg Première étape, bâtir les deux pièces. Endroit contre envers : on fait simplement se chevaucher les deux pièces par les marges de couture.

chausses-03.jpg Ensuite, un premier assemblage, sur l'endroit (ou l'envers, peu importe), au point de surjet. Le point doit être suffisamment solide pour supporter l'assemblage et éviter tout effilochage : assemblage et surfilage en une passe.

chausses-04.jpg Lorsque le premier passage (sur l'endroit, ici) est terminé, je repasse sur une forme pour résorber l'embu et bien aplatir mon assemblage avant de continuer.

chausses-05.jpg Je retourne et j'égalise les marges de couture. La première couture est visible sur l'envers.

chausses-06.jpg Deuxième passage sur l'envers, cette fois, toujours au point de surjet pour assembler et surfiler en une passe.

chausses-07.jpg Quand les deux coutures sont terminées, je retire le fil de bâti.

chausses-08-envers.JPG La couture sur l'envers : la couture n'est pas extrêmement régulière mais pour rappel : c'est la couture d'assemblage entre la semelle et le pied de la chausse, elle ne sera donc jamais visible. Priorité au confort et à la solidité dans ce cas !

chausses-09-endroit.jpg La couture sur l'endroit : on voit également les deux coutures d'assemblage.

C'est terminé. Cette technique est un peu longue, mais d'un confort incomparable ! A l'usage, sur de la laine, les deux épaisseurs feutrent et fusionnent, on ne sent alors plus du tout la couture.